↑ Revenir à En savoir plus…

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Définitions selon certains auteurs

Pour Léon Chertok (1979): « L’état hypnotique apparaît comme un état de conscience modifié, à la faveur duquel le praticien peut provoquer des distorsions au niveau de la volition, de la mémoire et de certaines perceptions sensorielles».

Pour Milton Erickson (1980) : « Un état de conscience dans lequel vous présentez à votre patient, une communication, avec une compréhension et des idées, pour lui permettre d’utiliser cette compréhension et ces idées à l’intérieur de son propre répertoire d’apprentissages ».

D’après Daniel Araoz (1982) : « Un état dans lequel les facettes mentales critiques sont temporairement suspendues, et où la personne utilise principalement l’imagination ou les processus de pensées primaires. Le niveau d’hypnose, sa « profondeur », dépend du degré d’implication imaginaire ».

Selon Bernheim (1886): « La seule chose certaine, c’est qu’il existe chez les sujets hypnotisés ou sensibles à la suggestion une aptitude particulière à transformer l’idée reçue en acte ».

A l’état normal, toute pensée ou idée est d’abord analysée par le cerveau qui l’accepte éventuellement après cette analyse rigoureuse. Chez la personne hypnotisée, au contraire, la transformation de l’idée en acte, sensation, mouvement ou image, se fait vite, activement. Le contrôle intellectuel n’a pas le temps de se produire. Le fait est accompli et enregistré ensuite par le cerveau, qui ne peut plus l’empêcher par son intervention. Les images visuelles, les sensations acoustiques, gustatives, succèdent de même à l’idée suggérée.

Le mécanisme de la suggestion, en général, peut donc se résumer dans la formule suivante : accroissement de l’excitabilité réflexe idéomotrice, idéo sensitive, idéo sensorielle.

Pour Michel Kérouac (1996): « Un état et/ou un processus de conscience modifiée, produit par une induction directe, indirecte ou contextuelle, ressemblant parfois au sommeil, mais physiologiquement distinct ».

Pour Olivier Lockert (2001) : « C’est un État Modifié de Conscience (EMC) naturel, connu depuis que l’être humain existe ; la « conscience » (ou le « conscient ») dont il est question est fait de la perception ordinaire que nous avons du monde, selon nos 5 sens. Les techniques utilisées pour atteindre cet état spécifique de conscience sont multiples et choisies en fonction de l’objectif global à atteindre ».

Définition du dictionnaire Larousse (2006) : « État de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion ».

Il semble donc que pour la plupart des auteurs, l’Hypnose soit définie par un « état de conscience modifiée ». D’autres parleront d’état de conscience « élargie », de « perceptude », ou encore, comme François Roustang : de « veille paradoxale » (ou veille généralisée) en opposition à l’état de « veille restreinte » (état de veille ordinaire) ; les perceptions de cette veille paradoxale se manifestent en effet avec plus de force et d’ampleur que celles de la veille ordinaire.

Pour nous

Quoi qu’il  en soit, et quel que soit le terme employé, le plus important à notre avis est que l’Hypnose est un état particulier et naturel pendant lequel la personne a une perception élargie de ses propres potentiels, ressources et apprentissages. Elle peut, grâce à cela les avoir à sa portée pour les mettre en application dans un processus de guérison ou de mieux être.

Le terme « Hypnose » désigne également l’ensemble des techniques utilisées pour parvenir à cet état particulier de conscience.

Finalement le plus important n’est pas tant de savoir ce qu’est l’hypnose, mais de savoir qu’elle peut être utile dans un grand nombre de pathologies (cf : indications).

« L’hypnose, c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne (Erickson) »